Quand j’étais petit, mon père nous a emmené faire un grand voyage en Grèce…
À Athènes, on est passé par une librairie française, où j’héritais d’un bouquin de Pierre Grimal qui racontait l’Iliade et l’Odyssée. J’ai adoré. Et c’est toujours de cette découverte de l’univers de la Mythologie grecque, des amours et guerres des dieux de l’Olympe, et toute cette pléiade d’histoires qui s’enchevêtrent et se complètent à travers les légendes et les mythes pour construire une épopée fantastique, que j’ai daté mon gout pour l’histoire.
Ça peut paraître paradoxale de faire naitre un gout pour la science historique dans un univers qui est par définition celui de l’imaginaire et du fantastique. Ben oui, je sais… Mais je sais aussi que toute légende, tout mythe prend sa source dans la réalité, une réalité qui a été vécue et que la mémoire des hommes a transformé peu à peu, en l’adaptant aux connaissances et non-connaissances de chaque époque, ainsi qu’aux croyances et religions dominantes.

Donc j’aime la mythologie, et bien sûr la Guerre de Troie, dont une (toute petite) partie est racontée par Homère dans son Iliade. Plus

Publicités